Blancpain Series à Monza



Blancpain Series à Monza
Après  deux jours d’essais libres au Castellet, la première course de la saison BLANCPAIN Endurance s’est courue à Monza.

La vue des noms des engagés – on trouve, entre autres, Stéphane Ortelli, Anthony Beltoise, David Halliday, et quelques patronymes célèbres tels que Brabham, Blundell, ou même Valentino Rossi – laisse présager de courses qui n’auront rien d’une promenade de santé pour vétérans fortunés.

Comme ses adversaires, l’écurie SMG REC n’est pas venue faire de la figuration. Eric Clément, Philippe Gache et Olivier Pla sont conscients que la tâche sera rude. L'équipe étant composée de deux pilotes pro et un pilote amateur, ils joueront, et seront classés dans la catégorie Pro. Drôle de challenge, mais tout à fait à la portée du trio. Pour preuve, aux essais libres du Castellet, après que Gache ait effectué les premiers tours de roue, Olivier Pla avait réalisé un meilleur temps absolu, tandis qu’Eric Clément signait un meilleur tour de référence. 

Le week end commence pour le mieux. Après de parfaits essais libres, Olivier Pla réalise le quatrième temps en qualifications. Le temps, parfois menaçant, parfois mitigé, est resté sec pendant deux jours, et les réglages de la voiture, qui s’étaient révélés quasi-parfaits au Castellet, sont au top…
 

Blancpain Series à Monza
Mais dimanche, c’est un vrai déluge qui s’abat sur le circuit de Monza.

La safety car donne son rythme aux premiers tours de la course, et lorsqu’après une demi-heure elle rentre aux stands, il faut se rendre à l’évidence : les réglages de la voiture, parfaits par temps sec, ne sont pas du tout adaptés à une piste plus que détrempée. Dès lors, l’essentiel est de ne pas perdre trop de temps, ne pas se laisser distancer par des équipes qui ont autrement plus d’expérience sous la pluie.  

Olivier Pla est au volant de la Porsche 997 GT 3R pour le premier relais. Malgré un set-up inadapté, il fera mieux que sauver les meubles puisqu’il termine la première heure à la 6ème place. C’est ensuite au tour d’Eric Clément de prendre le volant dans des conditions qu’on pourrait qualifier de dantesques : les averses se succèdent et la voiture est extrêmement sous-vireuse. Philippe Gache pilotera ensuite pour la dernière heure et ramènera la voiture à la 15ème place au général.
 
A l’arrivée, les opinions et les avis sont partagés : si Olivier Pla et Eric Clément voient le côté positif de ces trois jours de courses, Philippe Gache est déçu de cette quinzième place.

Blancpain Series à Monza

Olivier Pla : " On était vraiment bien placés, puisqu’on partait quatrièmes, mais, au dernier moment, il a fallu qu’on essaye d’avoir un  set up adapté à la pluie, ce qu’on n’avait jamais testé auparavant ; de plus, je n’avais jamais conduit cette voiture sous la pluie… Partant de là, on se dit qu’on peut être contents d’être à l’arrivée. Franchement, je pense qu’il y a du positif à retirer de cette première course : même si elle ne s’est pas déroulée comme on l’aurait voulu, les essais ont été positifs, et on à hâte d’être à la prochaine manche, au Castellet. "

Eric Clément : " Cette course, ça a été dur, vraiment très dur ! J’ai fait du mieux que j’ai pu, pour ne pas laisser la voiture à Philippe dans une trop mauvaise position, mais réellement, je ne pouvais pas aller plus vite, dans des conditions aussi horribles. L’essentiel, dans ces conditions, était surtout de ramener la voiture, ce qu’on a fait. Mais je pense, comme Olivier, qu’il y a du positif à retirer de tout cela. On a vu que, sur le sec, on était compétitifs : lui, il a déjà prouvé de quoi il était capable, et moi, j’essaie de me rapprocher au maximum de ses performances. Sur les prochaines courses, nos adversaires principales seront les Porsche, et on fera tout pour être devant elles… "

Philippe Gache : " Je suis évidemment très déçu ! On a eu une super séance d’essais libres, Olivier a signé une super performance en essais qualificatifs…..Et on ne termine pas mieux qu’à la quinzième place ; pourtant,  je pensais vraiment qu’on serait dans le coup ! Au départ de la course, Olivier a perdu un peu de temps, mais il restait dans le bon peloton, était compétitif, et après, on a commencé à « en lâcher », la voiture était sous-vireuse.  Vraiment, ne jamais avoir testé sous la pluie, ça a été un très gros handicap pour nous. On ne pouvait qu’improviser  trois quatre trucs, au  dernier  moment, mais visiblement….Ca n’était pas ça ! Nos improvisations ont été loin d’être convaincantes. On y est allés vraiment à tâtons, en se disant qu’il fallait tenter certaines choses, mais sans prendre trop de risques non plus. De toutes manières, il n’y a rien à faire, c’est simplement en faisant courir l’auto qu’on peut savoir ! C’est l’avantage qu’on eu nos adversaires aujourd’hui : contrairement à nous, ils ont tous de l’expérience dans ces conditions, ils ont tous déjà couru sous la pluie. Nous, pour l’instant, on  sait que sur le sec on est bons ! "

Lundi 16 Avril 2012

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Août 2013 - 14:06 L'album photo des 24h de Spa